Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A la découverte des châteaux de la Loire: histoire, architecture et jardin

Passionnée des châteaux de la Loire et de la Renaissance, j'ai décidé de vous raconter leur histoire, de vous en faire découvrir les méandres et pourquoi pas de vous donner aussi goût à un art moins connu de cette époque: l'art des jardins... Attachez vos ceintures nous remontons dans le temps :)

chateaux-jardins-etc.overblog.com


Le château royal de Blois

Publié par Diane sur 29 Janvier 2013, 16:59pm

Catégories : #Préparer votre visite

Comme j'espère que mes articles vous auront donner envie de visiter le château de Blois, voici quelques informations intéressantes:

  • Horaires:

Du 02/01 au 31/03 : 9h-12h30/13h30-17h30

Du 01/04 au 30/06 : 9h à 18h30

Du 01/07 au 31/08 : 9h à 19h00

Du 01/09 au 30/09 : 9h à 18h30

Du 01/10 au 03/11 : 9h à 18h00

Du 04/11 au 31/12 : 9h-12h30/13h30-17h30

Fermeture de la billetterie une demi-heure avant.

Son et lumière : Tous les soirs pendant le week-end de Pâques (les 30 et 31 mars et le 1er avril) puis du 6 avril au 22 septembre (sauf le 21 juin et le 13 juillet). Mars, avril, mai et septembre à 22h. Juin, juillet et août à 22h30. En anglais tous les mercredis.

  • Tarifs:

tarifs adultes, réduit, jeunes 6/17 ans

Château 9.5€, 7€, 4€

Son et Lumière 7.5€, 6€, 4€

Château et Son et Lumière 14.5€, 10.5€, 6.5€.

Pour plus d'informations:

  • Ce qu'il faut voir:

La "salles des Etats", construite par le comte de Blois, Thibaut VI, en 1214 (La salle des États est la plus ancienne salle civile gothique de France.

L'aile Louis XII, remarquable par son appareil de briques rouges chaînées de pierres blanches, construction courante dans les édifices de style franco-flamand. L'entrée est surmontée par la statue équestre de Louis XII (copie réalisée par le sculpteur Charles Émile Seurre au XIXe siècle à partir d'un original perdu)

L'aile François Ie. L'élément central de cette aile est l'escalier monumental, de type vis hors-œuvre, c'est un escalier octogonal dont trois côtés sont encastrés dans le bâtiment lui-même. Sa voûte dallée, de forme hélicoïdale, soutenue par des contreforts rectangulaires extérieurs, en font un symbole récurrent de l'architecture française à la Renaissance et annoncent les innovations de l'époque sur l'architecture des escaliers, qui deviennent, plus qu'un élément fonctionnel, un ajout esthétique majeur.

Au revers de l'aile, accessible depuis la galerie de la Reine, se trouve la façade des Loges, construite à sept mètres en avant de l'ancienne courtine, caractérisée par une suite de niches non-communicantes. Ces loges, bien qu'inspirées par les façades de Bramante de la cour Saint-Damase au Vatican (alternance rythmique entre les travées de baies et les trumeaux pleins), montrent dans leur construction quelques gallicismes (arcs en anse de panier, présence d'échauguettes, ordonnance irrégulière des travées, ouvrages en surplomb etc.). Sa décoration présente entre autres des bas-reliefs sur les allèges des échauguettes représentant les douze travaux d'Hercule et d'autres scènes représentant le héros grec (Hercule et le centaure, Hercule et l'hydre de Lerne, Hercule et le taureau de Crète, Hercule et Antée, Hercule et Cacus notamment). Cette façade donnait autrefois sur les jardins créés par Louis XII.

Côté cour, la façade est ornée de fenêtres à meneaux alternés de pilastres aux chapiteaux italianisants, qui croisent les moulures entre les étages. La corniche au sommet de cette façade présente, superposés, une série de motifs de la première Renaissance. Elle court le long de la façade et contourne l'escalier monumental. La haute toiture et la présence de gargouilles le long de la façade montre néanmoins un héritage du style gothique qui n'a pas encore été complètement abandonné par les architectes.

Au premier étage est l'étage des appartements de la reine dont la galerie accueille de très nombreuses oeuvres notables par leurs qualités (cf. un violon en faïence). On trouve également au premier étage le cabinet de Marie de Médicis ou studiolo, dans lequel des panneaux de bois dissimulent quatre placards à mécanisme secret, ce qui lui a donné le nom de chambre des secrets. Les panneaux de bois sont d'origine mais la cheminée ainsi que le plafond ont été recréés par Félix Duban. Les 237 panneaux sculptés de candélabres à l'italienne datent des années 1520. Les placards n'étaient pas destinés à dissimuler des poisons comme certains auteurs romantiques le prétendent, mais servaient à exposer des œuvres d'art et des livres précieux. Le plafond est orné de fleurs de lys et, en son centre, d'un ouvrage carré où figurent le H et les deux C entrelacés de Henri II et Catherine de Médicis. Un escalier permet d'accéder au cabinet neuf, à l'étage supérieur.

La salle des Guises abrite une collection de tableaux présentant les principaux personnages et les événements tragiques liés aux guerres de religion.

Et tant d'autres choses qu'il me faudrait des pages et des pages pour le dire... En un mot ce château est à visiter d'urgence

Le château royal de Blois
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents